vendredi 22 mai 2015

LA ROCKOLA - Interview Part 5 - Planeta Lem




PLANETA LEM



Salut Aleko, alors te voici sur le cd de La Rockola Vol 2
avec Planeta Lem, comment t’es tu retrouvé à participer à La Rockola avec ton groupe ?

Hola! Nous sommes très heureux de rejoindre le Rockola au Vol 2. Il est un merveilleux projet qui vient du cœur de notre ami Leo de Che Sudaka où de nombreux groupes à travers le monde sont jumelées. (comme de frères, je veux dire). Undergroud power 100%! Merci La Rockola Vol. 1 on a fait avec Dave Mochilero une tournée aux Pays Bas (Holanda) l’année derniere et on a connu beaucoup de groupes et bonnes personnes qui certains d’eux sont des amis maintenant.


Je t’avais croisé lors d’un festival en Bretagne y-a déjà longtemps, c’était pour le festival Val latina et tu y jouais avec Go Lem System (cela reste un super souvenir, d’ailleurs j’ai encore l’album). Donc te voilà maintenant avec Planeta Lem, peut tu nous parler de ton groupe pour celles et ceux de La Rockola qui ne vous connaissent pas encore ?

Planeta Lem c’est du Electro Mestizo Reggae, une mélange original et personel de reggae avec rock, electro, dub, ska, drum'n'bass, etc. Les textes sont en espagnol avec des passages (parties) en français et  anglais et sont chargés de symbolisme et poésie rebelle, avec des sujets personnels et sociaux à parts égales. C’est de la musique pour danser et s’amuser aussi.  C’est un voyage pour le corps, la conscience et l'imagination. Nous venons de finir l'enregistrement de notre quatrième album qui sortira très bientôt. Vous le trouverais en http://www.planetalem.com/ . Celon plusieurs amis que l’on dejà écouté, le son et l'esprit du nouveau CD est assez proche de ceux de Go Lem System.


Leo vit à Barcelone mais comme toi il est originaire d’Argentine, peut tu nous parler de L’Argentine, et pourquoi tu as choisi de partir vers L’Espagne et Barcelone en particulier ?

J’aime L’Argentine, le pays où je suis né. C’est un lieu surréaliste, charmant et sauvage où je vais visiter et jouer dès que je peux. Je me suis déplacé de Buenos Aires à Barcelone par le désir d'aventure et parce que je savais (sans savoir expliquer pourquoi) qu’ ici je pourrais vivre grâce à ma musique, et être heureux. Mon coeur appartient à ces deux lieux, mais je ne crois pas à la notion de pays (ça ne me plait pas beaucoup ça: “les pays”). Le monde est un et nous appartient à tous.


Tu décide donc de partir vers Barcelone, peut tu nous raconter comment c’est passé ton arrivée dans cette ville, les premières rencontres qui t’ont aidé dans la musique, et ta vie au quotidien ?

Je suis arrivé à Barcelone sans connaître personne. J’ai eu de la chance, la première semaine ici, voir Manu Chao dans le quartier. Je lui ai donné un de mes albums et quand il l’a écouté il a beaucoup aimé. De là, nous avons commencé à faire plusieurs concerts ensemble et également il a participé à l'enregistrement des deux albums de Go Lem System. J’ai également rencontré Leo en jouant autour de la ville et nous avons fait beaucoup de choses ensemble. Les premières années j’était un citoyen illégale, sans papiers. Ce ne fut pas facile mais il ne m’a jamais découragé. On fesait de la musique dans la rue pour survivre. Ce fut un moment (une époque) de grande plaisir et d'apprentissage.


Retourne tu souvent en Argentine pour voir ta famille ou pour faire des concerts ?

Depuis que je suis legal (que j’ai de papiers) je retourne souvent en Argentine pour voir ma famille et mes amis, et pour les concerts aussi. Et si je peut, je fais aussi un peu “le touriste”, en visitant des lieux que je ne connessais pas.


Tu vis à Barcelone, comme les Che Sudaka, peut tu nous parler un peu de cette ville incroyable et de sa scène musicale actuel qui est super riche avec des groupes comme Microguagua, La Troba Kung Fu, Muyayo Rif, etc… ?

La grande créativité régnant à Barcelone ne correspond pas à ces possibilités pour la musique ici. La ville est magnifique et comme tu le dit, la scène musicale actuel est super riche. Mais la politique du conseil (gouvernement) s'oppose à la culture underground. Jusqu'à il y a dix ans, Barcelone  était un paradis pour les musiciens. Maintenant, il est plus comme le contraire.


Peut tu nous parler du nouvel album de Planeta Lem
« Corasoul System » ? comment a été réalisé l’album? Qui a écrit les textes et d’où vient l’inspiration pour l’écriture et la musique?

Bientôt será disponible "Dragones en la casa", le nouvel album Planeta Lem. Sur le CD précédent, "Corasoul System", c’est un disque avec de nombreux invités merveilleux: Che Sudaka, Flor (de La Troba Kung – fu), etc. L’inspiration pour l’écriture vient de tout ce qui attire mon attention, ce que j’aime et ce que je déteste aussi. Il va de la plainte et la critique sociale à la poésie surréaliste, abordant l'existentialisme et de nombreux autres aspects. Musicalement, l'inspiration provient de plusieurs genres musicaux. Il est de la musique libre, à l'abri des préjugés… C’est une mélange de rythmes…Fondamentalement pour danser, sentir et aussi pour voyager mentalment.


Que pense tu de ce projet «La Rockola » crée par Leo en 2013 ?

Il est merveilleux, très puissant et positif. Il va par le vol. 4 et supposons que cette histoire va continuer à croître (grandir, je veux dire) beaucoup plus encore. “Hasta que choque China con Africa”, comme le dit Leo.


La devise de La Rockola est « La Rockola Cavernicola nacio el 8 Marzo de 2013 con la mission de juntar a todas las almas rebeldes de aqui y de alla a travès de la musica… La utopia continuà… » est ce que cet état d’esprit te correspond ?

Totalement. Dans le monde où nous vivons , organisé comme il est, être rebelle est une condition nécessaire et inévitable.


Pourquoi avoir choisi «Tremenda Bomba » pour ce nouvel opus de
La Rockola et peut tu nous dire ce que raconte cette chanson ?

«Tremenda Bomba » a un refrain étrange qui combine espagnol, français et anglais d'une manière assez chaotique. Il est venu de cette façon et je ne voulait pas de la changer tout en étant conscient que ce ne soit pas particulièrement facile à comprendre (à cause des 3 langues). Fondamentalement, il dit : "Formidable bombe, c'est temps "matanzeiros" (un mot inventé, en hommage au “Señor Matanza” de Mano Negra) . Donne-nous la paix . Nous voulons du travaille mais ne pas être esclaves."


Il y-a déjà eu des fiesta Rockola d’organisées à travers le monde avec des groupes présent sur les albums, y as-tu participé et si oui, dans quels endroits ?

J’ai participé aux 3 qu’on a fait a Barcelona (2 d’elles en Rubí, la ville de Leo). Des super fêtes! À cettes fêtes-concerts ont venu spécialement plusieurs personnes de France! On c’est tous connu merci a La Rockola. Des excelents personnes.  … J’éspere qu’on fait beaucoup plus de ces fêtes tout autour du monde.


Quel sont les projets pour Planeta Lem dans les semaines et mois a venir ?

Les prochaines étapes de Planeta Lem sont que le nouvel album arrive chez vous, aux oreilles et coeurs des gens, et continuer a faire de concerts, comme toujours. Cette année, nous avons fait notre première tournée en Chine et ce fut une expérience incroyable, si riche que nous allons essayer de répéter a la fin de l'année. Aussi, nous irons jouer à d’autres pays de l’Europe, bien sure. Au plaisir de vous voir en France !

Merci pour ce petit entretien et pour finir, un petit message pour tous les membres de La Rockola a travers le monde ?

Merci beaucoup à toi et à tous ceux qui lisent cette interview. Un message ? ... La chose principale: All you need is love. 

Vidéos





Contacts

http://www.planetalem.com/


https://www.facebook.com/planetalemsystem